Pause bien-être

En colère, moi ? Jamais !

Comprendre la colère pour mieux la gérer.

Ne me dites pas qu’il l’a fait ? Mais si ! AAAaargh !

Tiens, on dirait que vous venez de vous mettre en colère. Ça arrive, ce n’est pas une fatalité… Mais voyons tout de même ensemble ce que cache la colère.

 

La colère, c’est quoi au juste ?

La colère est une émotion, au même titre que la tristesse ou la joie. En cela, elle est une réaction à un stimulus extérieur. On comprend qu’elle est subjective : ce qui me met en colère peut provoquer une réaction différente chez un autre.

La colère provient principalement d’une injustice. Il s’agit d’une frustration qui monte, en réponse à une situation qui vient bafouer une de nos valeurs.

Enfin, elle peut être « associée », quand on se laisse complètement submerger par les évènements, ou « dissociée », quand l’on parvient tout de même à la contrôler.

 

Il existe plusieurs colères…

En réalité, il existe plusieurs types de colères, ou plutôt différentes manières de l’exprimer.

-      La colère inhibée : nous essayons de la contrôler, de la garder en soi. Attention, telle une cocotte minute, notre corps peut ne pas la supporter, et nous courrons à la catastrophe…

-      La colère exacerbée : jaillissante, cette colère nous fait du bien sur l’instant mais est susceptible de mener à une escalade de violence qu’il serait judicieux d’éviter.

-      La colère déguisée : plus subtile, employée par des personnes rusées, elle frôle la manipulation. C’est la colère en sous-main, le petit mot qui fait mal, qui mène à des jeux psychologiques néfastes.

 

La colère saine

Cette liste ne serait pas complète si nous n’ajoutions pas la colère saine. Comment ça ? Il y aurait une colère bonne à prendre ? Génial !

Plus exactement, il existe une colère qu’il est bon d’exprimer, parce qu’elle représente la manière la plus favorable pour laisser sortir son irritation.

Et nous savons qu’il ne faut pas garder cette frustration en soi. Ainsi, en adoptant la manière adéquate de s’affirmer, on peut exprimer sa colère tout en conservant une relation de confiance !

 

Le secret d’une bonne colère

Quel est le secret pour exprimer sainement sa colère ? Pour mieux comprendre, prenons un exemple concret.

Marc, chef de projet dans une entreprise de téléphonie, attend sa collaboratrice Marie. Mais cette dernière a du retard. 5 minutes, 10 minutes, Marc commence sérieusement à s’impatienter.

Un quart d’heure de retard… C’est la goutte d’eau ! Marc sent la moutarde lui monter au nez. D’autant qu’il enchaîne, dans la même journée, trois réunions.

 

La méthode des 3 phrases

Cependant, Marc reprend ses esprits et décide d’exprimer son désarroi de la meilleure façon possible. Pour cela, il existe plusieurs techniques qui emploient la communication affirmée.

Vous pouvez observer la méthode des « 3 phrases » dans cet extrait vidéo :

  

Alors comment s’y prend Marc ?

  1. Il introduit avec : « Je veux te dire trois choses », qui lui permet de prendre de la distance et de ne pas rentrer directement dans le vif du sujet.
  1. « Lorsque tu arrives avec 15 minutes de retard cela me pose un problème » En présentant un fait, Marc ne met pas en jeu l’affectivité.
  1. « Je me sens agacé ». Donner son sentiment personnel permet d’exprimer sa colère. Puis, il est primordial de se justifier en évoquant les raisons de son agacement.

 

À vous, maintenant, de vous rappeler de ses conseils quand vous sentez que bouillez intérieurement. Et n’oubliez pas, respirez !

 

L’équipe Weelearn

0 Commentaire

    Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis !

Laisser un Commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire.