Pause bien-être

Les clés de la Communication non violente

Bien communiquer, c’est d’abord communiquer avec soi

Communiquer, dans le cadre d’une relation riche et profonde, représente 80% d’écoute et d’attention pour 20% d’expression de soi. L’autre doit sentir qu’il est écouté, et que vous n’êtes pas en train de vous concentrer sur ce que vous allez dire.

Marschall Rosenberg, fondateur de la Communication non violente, le dit ainsi : « Nous avons un choix fondamental dans l’existence : être heureux ou avoir raison »

 

Connais-toi, toi-même

Une bonne communication comprend trois axes :

-               L’écoute de soi

-               L’expression de soi

-               L’écoute de l’autre

 

Paradoxalement, il faut d’abord bien se connaître avant de pouvoir communiquer avec bienveillance.

D’abord, nous devons accepter nos sentiments contradictoires. Se connaître permet d’observer les différentes émotions qui nous traversent. Quand elles sont positives, il est important les saisir et de s’en réjouir. On sait que les personnes qui se réjouissent des choses positives ont une plus grande aptitude au bonheur. Faites comme eux !

Mais il faut aussi écouter ses sentiments négatifs, car ils permettent de nous ajuster et de s’accepter dans toutes nos dimensions. Accueillir ses émotions est ainsi le premier pas vers l’écoute de soi.

 

Connaître nos pensées négatives

Elles nous tourmentent, ne nous laissent pas tranquilles. Vous les reconnaissez ? Ce sont nos pensées négatives, vieux démons ou petits stress du quotidien.

En premier lieu, vous l’avez compris, nous devons prendre conscience de nos pensées négatives et reconnaître qu’elles sont liées à un besoin non satisfait.

Ce n’est pas toujours facile, car si nous faisons aisément le lien entre une émotion positive et un besoin satisfait, l’inverse est moins évident.

La pensée négative, liée à un besoin non satisfait, fait naître une incompréhension de nous-mêmes. Vous devrez chercher en vous, en profondeur. Pour le moment, essayez de percevoir vos pensées négatives comme des clignotants qui vous renseignent sur vos difficultés.

 

La base d’une communication non violente

La communication non violente est une méthode créée par Marshall Rosenberg, fondée sur des travaux de psychologies et d’économie étudiant les besoins humains. Cette méthode se base sur l’empathie, sentiment universel qui permet de se mettre à la place de l’autre.

Pour ce faire, il est essentiel de découvrir sa propre intériorité. Une écoute d’autrui sincère et bienveillante ne peut naître qu’à partir du moment où l’on s’est écouté.

Mais qu’est-ce que l’écoute ? C’est être complètement disponible à l’autre. Écouter avec bienveillance ce qu’il me dit. Cela semble plus facile à dire qu’à faire, car cette écoute suppose que l’on ait fait le calme en nous. Si vous êtes en train de préparer votre réponse ou de penser à autre chose, vous n’êtes pas dans l’écoute sincère. Mais rassurez-vous, nous sommes tous concernés.

 

 

Apprenez à vous écouter en comprenant vos besoins dans notre formation sur la Communication non violente par Thomas D’ansembourg.

0 Commentaire

    Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis !

Laisser un Commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire.